Créer un site gratuitement Close

Conséquences chez l’enfant

Les enfants victime de maltraitance gardent des séquelles graves.

D’instinct un enfant victime de violence a conscience que le comportement de l’agresseur envers lui n’est pas normal, il se referme donc sur lui-même, il sait qu’il doit garder ce secret pour lui soit parce que l’agresseur lui a ordonné avec des menaces soit parce qu’il est pris d’un sentiment de honte qui le ronge. Il a honte parce qu’il ne veut pas que ces maltraitances continuent mais sans pouvoirs les arrêter.

Les enfants victimes de violences sont aussi pris d’un sentiment de culpabilité parce que le plus souvent ils n’ont pas conscience que c’est l’adulte qui est responsable de ses actes et ce sentiment est accentué lorsque l’agresseur dit à l’enfant que c’est de sa faute s’il doit lui faire subir ces violence.

L’enfant est amené à se poser bon nombre de questions qui n’ont pas raison d’être comme « Suis-je coupable de quelque chose ne suis-je pas normal pour mériter un tel traitement ? »

Le comportement de l’enfant envers les autres est aussi affecté : un parent qui bat son enfant pour obtenir de lui se qu’il veut change la vision du bien et du mal de la victime. L’enfant dans la cours de récréation frappera ses camarades pour obtenir d’eux se qu’il veut, il ne fait qu’imiter son parent.

Un sentiment de solitude est à chaque fois présent car les parents arrivent à cacher les preuves de maltraitance c’est le cas de la petite Hélène 7 ans :

La petite Hélène, 7 ans, vit un état de stress continuel. Elle sait qu’au retour de l’école, sa mère aura trouvé un « bon motif » pour la battre. Soit qu’une chaussette aura été égarée au cours du lavage soit qu’il manquera un pain de sa fournée, parce qu’elle l’a caché afin d’apaiser sa faim. Elle ne sait pas non plus si sa mère consentira à la laisser manger malgré la faim dévorante qui l’assaille. Elle ne sait pas si ce soir elle pourra aller aux toilettes avant d’aller faire dodo, sachant que si elle n'y va pas, elle risquera alors de mouiller son lit. Ce qui lui assurera une fessée et peut-être même d’autres châtiments, tous plus cruels les uns que les autres.

De plus, elle n’a personne vers qui se tourner pour l’aider. Sa mère réussit assez bien à maintenir aux yeux des autres parents et voisins une apparence de normalité. Quant à ceux qui ont osé poser des questions, elle les a renvoyés durement.

Pour cette fillette cette expérience est très dur elle se sent seule abandonnée rejetée et vulnérable.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site